Dans 33% des cas, l’introduction d’un malware est réalisée au travers d’une application mobile.